culturetmoi

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 27 juin 2009

De la complexité des choses du monde (IRAN)

gifs6.gif

Poursuivre l'effort d'auto-information...

4828_1172410714953_1368587076_453474_4979214_s.jpg

"De la dite « Révolution iranienne », ou pourquoi il faut relire Roger Chartier", par Lauriane.

  • Une interview éclairante à écouter, par le biais d'un très bref article (en date du 17 juin dernier) mis en ligne sur Contre-feux.com :

"Iran : une élection qui n'en est pas une ?". Réponses de Thierry Coville, chercheur associé à l'Iris, à quelques questions essentielles.

dimanche 21 juin 2009

Fulgurance, soudain, de ma conscience d' "Être au monde"

slivre_d_or.786.gif

Sur FACEBOOK, j'ai rejoint le groupe "Free Iran", avec cependant quelques précisions sur mon engagement...


4828_1172410714953_1368587076_453474_4979214_s.jpgBien sûr que je suis POUR - comment pourrait-il en être autrement ?!... - la libération de la pensée en Iran, fondamentalement POUR l'extension mondiale des principes démocratiques, la liberté d'expression et l'émancipation - sans condition - des femmes.

Mais...

Je suis aussi absolument méfiante de ce qui s'expose dans les médias et tout à fait consciente que, lorsqu'on nous jette au visage, à l'esprit et au coeur, que les principes fondamentaux auxquels nous tenons tant, nous, occidentaux libres et - en majeure partie - à l'abri du besoin, sont là-bas bafoués, nous nous enflammons avec zèle, nous nous insurgeons et sommes prêts à nous lancer dans le combat... de tous les mots. Facile !...

La plupart d'entre nous, néanmoins - et je m'inclus dans ce "nous" -, ne sommes pas au fait des réalités géopolitiques, et nous ne maîtrisons absolument pas les véritables tenants et aboutissants des conflits qui éclatent dans des pays dont nous ne savons, au bout du compte, presque rien.

Demeure le fait que je me sens tout à fait solidaire avec ceux qui souffrent de ne pas se sentir libres, avec tous ceux qui sont mus par des idéaux de justice et de "libre disposition" d'eux-mêmes, avec ceux qui mettent leur vie en péril et affrontent - eux ! - l'horreur vraie, pour défendre leurs idées dans le sens d'un monde plus ouvert, plus juste, plus humain.

Mais...

Il nous faut fouiller, il me semble, aller de ci de là chercher l'information, prendre le temps de nous éclairer nous-mêmes sur un sujet, pour nous faire une opinion honnête, qui a su prendre du recul par rapport à nos exaltations, à nos emportements humanistes, avant de nous prononcer, de nos maisons et de nos appartements confortables, sur une situation qui, de prime abord, nous échappe, nous déborde complètement.


Il nous faudrait, d'abord, commencer à ouvrir les yeux, VRAIMENT, prendre la juste mesure des manipulations dont nous sommes victimes, et de ce fait, prendre chacun les dispositions qui s'imposent.

S'informer !
Englober - tant que faire se peut - la réalité des FAITS !

Conserver son libre-arbitre !



Garder la pleine conscience de cette réalité incontournable :

nous sommes à l'époque de la manipulation de masse par l'image ! Personne n'est à l'abri.

Essayer au mieux de faire le tour d'une question, en tout cas - c'est bien le minimum... - de s'abreuver à plusieurs sources d'informations, avant de prononcer quelque jugement que ce soit.

ÉLARGIR !... Le regard et l'esprit. Prendre la mesure de ce qui nous dépasse. Pour dépasser, à notre tour, les limites indubitables de nos visions.

Rechercher l'essence du "Siècle des LUMIÈRES".
Se nourrir, se nourrir, se nourrir... D'ailleurs, de différences, mû par un unique désir : celui de la compréhension ÉCLAIRÉE.

Conserver NOTRE libre-arbitre !!!


Les yeux ouverts, Salutations.


Lignes-personnages-18.gif

  • Article paru sur RUE89 au lendemain des élections en Iran :

"Élections en Iran : Moussavi, le rêve éveillé des médias français." Par Le Yéti

  • Sur POLITIS.FR, en date du 18 juin :

"Deux Iran face à face", par Denis Sieffert

  • Article paru sur VOLTAIRENET.ORG le 19 juin :

"La réalité de classe et la propagande impériale. Iran : le bobard de l’ « élection volée »." Auteur : James Petras

ÉLARGIR !... Le regard et l'esprit. Prendre la mesure de ce qui nous dépasse. Pour dépasser, à notre tour, les limites indubitables de nos visions.

gifs6.gif

Regroupement de liens pour une information la plus indépendante possible.

Pour nourrir son libre-arbitre :

L'info à 3 voix : journalistes, experts, internautes.



Article 2 du statut (1957) régissant "les principes fondamentaux (devant garantir) l'indépendance de l'agence et la liberté d'action de ses journalistes" :

L'Agence France-Presse ne peut en aucune circonstance tenir compte d'influences ou de considérations de nature à compromettre l'exactitude ou l'objectivité de l'information; elle ne doit, en aucune circonstance, passer sous le contrôle de droit ou de fait d'un groupement idéologique, politique ou économique.

Malheureusement, l'abonnement est réservé aux professionnels de l'information, mais les titres des dépêches qui tombent s'enchaînent en haut de page en temps réel, intéressant pour prendre la température de notre monde et aller ensuite chercher de la matière ailleurs.



Introduction au Manifeste de Contre-Feux.com :

Pour nous éclairer sur la complexité du monde contemporain, les grands medias traditionnels sont souvent insatisfaisants : simplifications, préjugés idéologiques et confusion intellectuelle ambiante gênent fréquemment toute réflexion sérieuse. Face à cela, les analyses de spécialistes et d’experts existent en nombre, mais disséminées en une multitude de sources, et souvent accessibles aux seuls initiés.

Avec contre-feux.com, nous souhaitons proposer un espace d’analyse et de débat pour mieux comprendre les problématiques essentielles du temps présent, sans parti pris idéologique ou politique. Nous tenterons ainsi de refléter la diversité du paysage intellectuel contemporain, et de placer nos lecteurs au cœur des débats d'actualité.



Idée phare :

« Elever ce pays en élevant son langage » : tel était le programme que proposait Albert Camus, dans le Combat de la Libération, en rêvant à voix haute d'une presse libre.

Brèves, les "Unes" de la semaine, ou des dossiers plus fouillés : une info. qui se revendique indépendante et qui s'ouvre à bien des directions différentes. Foisonnement...



Un hebdo. qui existe depuis 1988 (!), bien avant d'être devenu un site WEB.
Mais... que peut-on y trouver ?...
En bref, explications de la rédaction (et pour plus d'exhaustivité, rdv ici) :

Politis est un hebdomadaire généraliste. Aucun sujet ne lui est étranger : de la politique à la culture, de l’économie à la société. Mais son originalité réside à la fois dans l’existence de rubriques qui n’ont pas d’équivalent ailleurs, et dans un regard singulier sur l’actualité. Politis, c’est une volonté de respirer l’air du temps sans céder aux effets de mode. De chercher derrière l’éphémère, les vraies questions de l’époque.


Plus engagé encore...

Quelle est la ligne éditoriale du Réseau Voltaire ?

Réseau Voltaire International défend les principes du droit international, basé sur la souveraineté des États et la laïcité, et s’oppose au système unipolaire que les États-Unis tentent d’imposer. Il soutient la création d’alliances diplomatiques et militaires visant à rééquilibrer les relations internationales, pourvu que ces alliances ne se transforment pas elles–mêmes en système de domination. Il dénonce le déséquilibre économique mondial et les idéologies qui servent à le péréniser. Il promeut l’égalité en droits de tous les hommes et le dialogue des civilisations. Il s’oppose au racisme, à l’antisémitisme, à l’apartheid et au sionisme.

samedi 20 juin 2009

Un samedi soir terrien parmi tant d'autres...

slivre_d_or.786.gif p1030065recadr_netWEBcadre2.jpeg

Peut-on décider de tout ?
Véritablement décider de nous ?!

On peut en tout cas, tous, décider d'un "nous".

C'est un "nous" qui me va ; autre - semblable... - celui qui te va, qui forme cercle, bulle, ensemble.

Ensuite ?...

Y inventer de la lumière, y entreposer le bois pour l'hiver, y dessiner, dans un coin, l'éclatant soleil d'été.

Ne pas oublier, surtout, d'y inclure l'univers.

Le presque infini, l'incommensurable, l'indicible et exaltant Univers.

Uni(e)s vers...
Relié(e)s. Se sentir relié(e)s.


Être en quête d'autres imagin'airs.

vendredi 1 mai 2009

"Pétales", de Guadalupe Nettel : un OENI (Objet Écrit Non Identifié) à effeuiller avec volupté.

livres3.gif 9782742782185FS.gif
Quatrième de couverture, "Le point de vue des éditeurs" :

Un photographe fasciné par les paupières, une spectatrice de scène d'onanisme incongrue, un quidam qui découvre dans un jardin botanique sa vraie nature de cactus, un chasseur d'odeurs qui traque sa Fleur dans les toilettes pour dames..., qu'ils soient monomaniaques, voyeurs ou paranoïaques, tous les personnages ici mis à nu portent l'obscur attrait des conduites déviantes jusqu'au coeur de notre Luna Park ordinaire. Certains tentent d'en guérir, les autres se laissent porter par l'amer plaisir. Tenant fermement son cap dans les eaux troubles du malaise, de l'obscène, de ce que l'on préfère généralement ignorer, l'auteur dévoile dans leur plus déconcertante intimité les âmes tourmentées qui croisent notre route. Dans la grâce équivoque que recèle cette zone grisée, frontière entre la beauté et la laideur, erre souvent le "monstrueux" qui nous habite.

Lignes-personnages-18.gif

Mue par une pulsion soudaine alors que je déambulais en ville, il n'y a pas si longtemps, j'entre dans une librairie et commence à faire le tour des tables sur lesquelles sont disposées les récentes parutions littéraires.
Méthodiquement, je passe presque tout en revue. Une certaine excitation, comme une fébrile félicité monte en moi. Je suis gourmande et tous ces livres à portée de main et de regard, une fois les lunettes chaussées..., me font l'effet d'autant de pâtisseries alléchantes.
Je dispose de ce temps entre parenthèses - entrer dans une librairie, c'est s'offrir cela pour moi - pour m'approcher, m'éloigner des ouvrages, passer ainsi de l'un à l'autre, en saisir un, feuilleter les premières pages, le retourner dans tous les sens, lire la quatrième de couverture.
A un moment donné, dans ce genre de circonstances, il y a toujours une rencontre qui aboutit.

De loin, une couverture m'attire. Je m'approche. Mes yeux se posent sur le titre : Pétales. Joli !... Me voici interpellée.
Un ouvrage publié chez Actes Sud, une valeur sûre de mon point de vue ; j'ai une inclination certaine pour cette maison d'édition. Forcément, je ne peux empêcher mes doigts d'effleurer, puis de caresser le velouté de la couverture. C'est cela aussi, Actes sud. Je saisis enfin pour de bon le recueil de Guadalupe Nettel et prends connaissance de ce dont il s'agit.
En exergue, une citation d'un certain Julio Ramon Ribeyro : "Êtres imparfaits vivant dans un monde imparfait, nous sommes condamnés à ne jamais connaître que des miettes de bonheur".
Bon ! Ça commence bien...
En dépit du côté peu engageant de cette toute première respiration des effluves de Pétales, je suis sous le charme du titre et de l'illustration de couverture, en plus d'avoir eu la curiosité piquée par "Le point de vue des éditeurs". Je prends l'ouvrage, le paie et le ramène chez-moi.

S'ensuivront quelques heures de lecture savoureuses, de sauts de puce de micro univers singuliers en micro univers aussi déconcertants qu'inattendus.

Voilà bien un voyage original guidé par une écriture juste, précise, toute en suggestions nimbées de poésie ainsi que d'une étrange atmosphère de perplexité.



N.B. : Infos très succinctes sur l'auteure par le biais du site du Salon du Livre de Paris 2009, qui mettait justement à l'honneur cette année les lettres mexicaines.
Et un entretien fort instructif accordé par l'écrivain au journal Le Nouvel Observateur.

mercredi 29 avril 2009

Bulles

slivre_d_or.786.gif
Les bulles de Champagne, régulièrement partagées depuis, oh... presque toujours - à ce qu'il lui semblait - à la table des aïeuls, invariablement prodigues.

Les bulles dans le bain, parfois partagé avec les soeurs, pendant le temps de l'enfance.
Rires éclatants, éclaboussures, buée sur les miroirs, peau des orteils toute ridée et barbes de Père Noël.

bulles3.1172424923.png

La grande bulle dans laquelle elles grandissaient ensemble ; puis, plus tard, chacune la sienne.
Trois soeurs, trois filles, trois petits diamants dans un rêve de conte de fées ; puis, plus tard, trois bulles voltigeant dans le tourbillon des vents, chacune le sien.


Bulle qui protège et enferme.
Bulle qui grimpe, grimpe, grimpe dans le ciel, se pare de mille couleurs. Brillance, tournoiement... et PAF ! La bulle explose.
Bulle sur laquelle on souffle, souffle... Ça doit être si beau, vu de là-haut !


Bulles dans le remous des vagues. Et...
Gaston Lagaffe.
Achille Talon.
Mafalda.
Astérix & Obélix
Il est midi douze ! Je te dis qu'il est midi douze ! Et j'ai faim, Môa, Môssieur !
Ah !... La Gaule !
Tintin.
Boule & Bill.
Lucky Luke.
Donald et sa tribu farfelue.
Mickey, Minnie, Pluto bien sûr.
Et puis sans doute également Snoopy.
D'autres bulles aussi... Instants secrets, grivoise complicité des "grandes". Yeux écarquillés, oreilles aux aguets et joues empourprées. Deux jeunes filles, encore des enfants néanmoins, tapies dans le grenier de leur grand-mère.
Quelques Tuniques Bleues peut-être aussi.
Les Strange. Le Scrameustache.
Le Petit Nicolas, à moins que celui-ci ne fut pas en bulles...

Bulles laissées enfin en traînées derrière soi, dans l'eau de la piscine et celle des océans, quand on nage, quand on vogue, quand on fend la vague.




N.B. : Images de bulles "chipées" sur la page de L'Observaglobobulle

samedi 18 avril 2009

Miroir, miroir, dis-moi...

slivre_d_or.786.gif miroir_psyche.jpg

Mais à quoi avait-il bien pu penser ?!
Qu'est-ce donc qui lui était passé par la tête, le jour où il avait choisi ce nouvel emplacement pour le grand miroir ?...

Juste en face du lit ! En face de son lit à lui tout seul ; de son lit sans elle. De son lit avec d'autres ; parfois.

Dans le tête-à-tête avec lui-même qui était la plupart du temps son lot quotidien, il se perdait quelquefois de longs moments dans ce reflet, à la fois si familier et pourtant si étranger, qui n'était rien d'autre que sa propre image.
Toutes ces minutes suspendues, il scrutait, observait, en prenant différentes postures,

essayant de sourire vraiment, de se séduire lui-même, pourquoi pas ?

Tendant le cou, plissant les yeux,

adoptant toutes ces sortes d'attitudes que l'on superpose sans cesse à soi

- en s'en rendant plus ou moins compte - il examinait le résultat.

Il cherchait à percer un mystère qui lui paraissait de plus en plus insondable.

Il espérait une vérité, quelle qu'elle puisse être, qui lui sauterait soudain aux yeux.


Immanquablement, il finissait par lâcher prise, s'adressant une dernière grimace, à la fois triste, désabusée, et vaine.

lundi 13 avril 2009

Je surfe toujours, mais sur un autre "spot" en ce moment...

gifs6.gif

Petit coucou en passant.


Mon vaisseau s'est égaré dans la galaxie numérique il y a plusieurs mois de cela.
Sur mon journal de bord, à la date du 11 décembre 2008, on peut lire :

Après avoir dérivé pendant plusieurs semaines, un bond dans le cyberespace a propulsé mon engin non loin d'une étoile qui semble accueillante.
Je pense que je vais m'y poser pour laisser souffler un peu la machine...

En atterrissant ainsi sur cette planète souriante, j'étais loin de me douter que celle-ci était continuellement balayée par des vents contraires, chauds et violents à la fois, qui, s'ils tentent de vous éloigner parfois avec force, vous cloue au sol l'instant d'après.

Bref ! une fois posé là, tel Ulysse en proie aux chants envoûtants des sirènes...

Ulysse et les sirenes
...difficile de reprendre la route !

Je pense alors que je vais demeurer là quelques temps, pour visiter les environs, découvrir des paysages inimaginables et m'emplir de sensations inédites, histoire de mettre à profit cette aliénation. J'espère bien ramener de ces pérégrinations déraisonnables quelque trésor à exposer ici.

Dans la fébrile attente de vous retrouver, je vous adresse mes amicales salutations.



N.B. : Pour les amis et connaissances de la vie réelle, n'hésitez pas à venir me rendre visite là-bas...

FB Motive

samedi 15 novembre 2008

MORIARTY, un groupe à découvrir !

t_clef.gif

Télécharger la vidéo
Moriarty - Jimmy
Télécharger la vidéo
Moriarty - Cotton flower @ Sakifo 2008



Vu en concert ce soir et vraiment, c'était magnifique !


Musique 100% bio

(je veux dire totalement acoustique, ce qui devient rare !...).

Voix absolument originale,

juste et (waouh !) puissante, à faire vibrer les cordes émotionnelles les plus récalcitrantes.

Style musical entre Folk, Rock, Blues, Jazz,

tellement décalé qu'on ne sait trop au juste de quoi il retourne, mais certaines mélodies sont si belles qu'elles font frissonner de plaisir.


Et puis sur scène...

beaucoup d'humour et de complicité (il faut dire que la majeure partie des personnes composant l'équipe sont liées par les liens du sang... c'est joli à voir !), un brin de folie furieuse, un dynamisme impressionnant et un don certain pour faire des choses étonnantes avec des bouts de ficelle.


Du talent, du talent, du talent, assurément !




Vous l'aurez compris, je vous conseille vivement de les découvrir... sur "leur" Myspace pourquoi pas ?...

Télécharger la vidéo
Moriarty - Enjoy The Silence (Tourcoing le 23 04 08)

samedi 8 novembre 2008

Transfert d'émotions

photo1.gif

« Toute culture naît du mélange, de la rencontre, des chocs. A l’inverse, c’est de l’isolement que meurent les civilisations. »
Octavio Paz




TADJIKISTAN_X13


A l'origine de cet article, il y a mes yeux, rougis par plusieurs heures passées à scruter la porte magique qui ouvre sur le monde. Mes yeux fatigués, donc, qui soudain s'écarquillèrent en croisant...

le regard de quelqu'un d'autre.

Du moins le regard que ce quelqu'un a porté sur des scènes de vie qui se déroulent pour "nous" du côté où le soleil se lève.



J'ai regardé un à un, attentivement, tous les clichés

qu'Emmanuel SMAGUE (le susnommé "quelqu'un" )

a bien voulu mettre en ligne sur son site.


Ses photos m'ont émue, faisant véritablement écho à une partie sensible de mon être.
Aussi, avec sa permission, je suis heureuse de pouvoir à mon tour en faire circuler quelques-unes.

-> N.B. : Je vous prie de prendre en considération que les titres sous lesquels j'ai regroupé les clichés - dans l'optique de les répartir en plusieurs catégories afin d'aérer la présentation - sont de mon fait et qu'il en va de même de tous les commentaires associés aux photos (mis à part les indications de lieu).
Je vous demande par conséquent de ne pas lier trop étroitement le travail d'Emmanuel SMAGUE aux textes ci-dessous, qui ne reflètent QUE le cheminement de ma propre pensée au cours de son voyage dans les images du photographe.



COMPLICITÉS ENFANTINES


TADJIKISTAN_X06

TADJIKISTAN

Ombres et lumières d'insouciance sur la mythique Route de la Soie.
















IRAK_X02

IRAK

Mouvement. Une marche en file indienne, une course, comme pour revendiquer fermement le droit à l'innocence.
















MONGOLIE_X09

MONGOLIE

L'attrape-songe. Ou le petit d'homme qui rêvait d'être épouvantail...
















IRAK_X15

IRAK

Arrêt sur regards. Percer le mystère des adultes ou demeurer espiègle ; coûte-que-coûte ?...
















FRAGILE


TADJIKISTAN_X11

TADJIKISTAN

Gros plan pour une jolie émotion.
















BEAUX SOURIRES


TURQUIE_X11

TURQUIE

Mouvement. Joie simple et authentique des jeux d'enfants.























TADJIKISTAN_X10

TADJIKISTAN

Gros plan. Avec le mot de passe, tout est possible !
















À L'ÉCOLE


GEORGIE_X10

GEORGIE

Portrait attentif.



GEORGIE_X13

GEORGIE

Lecture personnelle d'un clair-obscur : Obturateur versus obscurantisme.




INSTANTS


IRAK_X01

IRAK

Sur le vif. Les nouveaux Daltons.
















KYRGYSTAN

KYRGYZSTAN

Très joli cadrage.
Ah !... Ce que c'est que l'oeil d'un photographe tout de même !
















GEORGIE_X11

GEORGIE

Composition. Trois ; triangle ; linéarité brisée. Rêver, réfléchir et protéger son sourire.
















TURQUIE_X09

TURQUIE

Perspective, oeil sombre et pauvre petite mine.
Ce qui compte, ce sont les rails qui restent à parcourir, pas ceux auxquels on tourne le dos.























GEORGIE_X14

GEORGIE

Composition. Ombres et lumières prêtes à danser autour des petites souris de là-bas.
















GEORGIE_X17

GEORGIE

Le cadrage ! L'esquisse du mouvement. L'intensité et la grâce de l'INSTANT.
















ARMENIE_X01

ARMENIE

Portait. Regard mutin. L'adolescence.
















ESPIÈGLERIES


TURQUIE_X10

Enfants de TURQUIE

















TADJIKISTAN_X12

Filles et garçons du TADJIKISTAN





















Lignes-personnages-18.gif


Vous l'aurez remarqué, je n'ai choisi - hormis l'image liminaire - que des photos d'enfants ; le travail d'Emmanuel SMAGUE ne se cantonne néanmoins pas à cela et je ne peux que vous conseiller vivement de vous offrir une bien belle ballade du côté de chez lui.

Une dernière chose : je ne suis nullement spécialiste en la matière mais j'apprécie la photographie en tant qu'être sensible et un tantinet esthète, or, il me semble que pour une oeuvre d'amateur (car Emmanuel SMAGUE n'est pas photographe de métier mais enseignant), celle-ci a quelque chose de remarquable. Je suis fort heureuse de voir cet avis partagé par "Les Editions de Juillet", qui prévoient ainsi - sans doute pour le printemps prochain - la publication d'un album regroupant des photos prises par l'artiste-prof au Kurdistan.


Pour en finir vraiment - quelle pipelette je fais !!! - juste 10 mots encore :

BONNE CONTINUATION À LUI &...

LONGUE VIE A SON OEUVRE !

jeudi 14 août 2008

Un film où émotion et suspense se font écho

yphot07.gif

Déroutant, captivant et... poignant.


2059827440.jpg

Synopsis et critique,

par le biais du site des Inrocks :

" On ne connaissait pas grand-chose du travail de Safy Nebbou, entre ses films publicitaires et son premier long métrage, Le Cou de la girafe. C’est donc en spectateur totalement “vierge” que l’on a découvert comme une bonne surprise ce second long, mélange de thriller et de drame social assez efficace. L’empreinte de l’ange du titre, c’est le souvenir d’un enfant disparu dans l’incendie de la maternité où elle venait d’accoucher qui hante Elsa (Catherine Frot), quadragénaire “psychologiquement fragile” comme on dit. Un jour, venant chercher son fils à un goûter d’anniversaire, Elsa croit reconnaître sa fillette disparue en la progéniture de Claire (Sandrine Bonnaire). Dès lors, Elsa va s’ingénier à infiltrer l’univers de Claire par enfants interposés : s’instaure entre les deux femmes une relation malaisante (sic) par son artifice et le motif qui la sous-tend, exacerbée par la différence sociale (Elsa est préparatrice en pharmacie divorcée, Claire est l’épouse d’un cadre supérieur très aisé).

Le cœur vibrant du film, ce qui le fait vraiment fonctionner, c’est évidemment cet affrontement tamisé entre deux mères de famille, qui est aussi un duo remarquable entre deux très grandes actrices. Bonnaire est excellente en femme au foyer aisée, victime non expiatoire et personnage à plusieurs couches, et Frot est tout simplement sensationnelle en femme borderline, à la fois victime et bourreau, très inquiétante et subtilement émouvante. Tout le suspense du film repose aussi sur un principe général d’incertitude :
Elsa est-elle folle ou réellement la mère de la fillette ? Claire est-elle plus opaque que ne l’indique son prénom ?
La mise en scène de Nebbou rehausse habilement ce scénario par la précision contrastée de ses décors, sa progression, son utilisation des espaces, du motif de l’eau, du hors-champ, de la musique, sa dialectique du dehors et du dedans, ses effets de montage.

On peut parfois mettre en doute la crédibilité du postulat central de l’histoire, estimer que le style du réalisateur est trop efficace et fonctionnel ou craindre un plaidoyer pour les liens du sang contre les liens affectifs (crainte finalement non fondée). Mais fidèle à la fameuse leçon hitchockienne sur “nos amis les vraisemblants”, Safy Nebbou parvient à nous embarquer dans un thriller prenant du début à la fin qui est aussi un beau portrait de femmes et d’actrices. "

S.Kaganski
13 août 2008



Avis perso. :

Coeur retourné, esprit fortement ému lorsque l'on sait que cette histoire est basée sur un événement tragique qui a vraiment eu lieu.
Admiration revouvelée, sans faille, pour les deux actrices principales, qui jouent ici - comme à leur habitude - avec justesse et subtilité l'intensité d'une palette de sentiments ambigüs, troublants autant que dévastateurs.
A la sortie de la séance, le questionnement majeur du film résonne au fond de nos têtes : des liens du sang ou de la parenté affective construite au fil des années, quel est l'attachement le plus légitime ?!...
On pourrait, de prime abord, être tenté de répondre : le second, assurément ! Mais l'histoire propose tellement d'autres fils à démêler et à tresser pour prendre en compte les circonstances de ce fait si peu ordinaire, que finalement, la réponse semble bien difficile.

En bref :

L'Empreinte de l'ange est à mes yeux un très beau film sur la maternité comme besoin, comme désespoir, comme impulsivité, comme passion même, pouvant, dans des situations extrêmes et dramatiques, mener jusqu'à la déraison. Un film qui met ainsi en place un lieu où Amour maternel et folie se frôlent, s'entrelacent, tout en imposant à ceux qui en sont les témoins un certain silence, médusés qu'il nous laisse par ses tenants et ses aboutissants.

mercredi 6 août 2008

Quand nos lointains cousins disparaissent...

STK178032RKE.jpg
Je vous livre ici, telle quelle, une dépêche de l'AFP
relayée par le site FRANCE24.COM et reprise par celui du GREEN QUIZZ

Fleches-146.gif

Près de la moitié (48%) des 634 espèces mondiales de primates sont en danger d'extinction,

selon une étude de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) qui qualifie ce constat d' "effrayant".

Ce rapport, rendu public (ce) mardi (5 août) lors du 22ème Congrès de la Société internationale de primatologie, qui se tient à Edimbourg (Ecosse) jusqu'à vendredi, fait de la chasse, et de la destruction de l'habitat par les incendies et le défrichement des forêts tropicales, les principales menaces pesant sur les primates.

En Asie,

plus de 70% des espèces de primates

figurent dans les catégories

"vulnérables", "en danger" ou "en danger critique d'extinction",

selon les critères de la Liste rouge des espèces menacées. La liste complète de toutes les espèces animales menacées sera elle publiée en octobre.

"A certains endroits, les primates sont littéralement dévorés jusqu’à l’extinction", a constaté Russell A. Mittermeier, président du Groupe de spécialistes des primates de la Commission de la sauvegarde des espèces de l’UICN.

singes-bras__IS868-821.jpg"La première source de menace a toujours été la destruction de la forêt tropicale, mais il semble aujourd’hui que la chasse est (sic) une menace tout aussi grave dans certaines régions, même lorsque l’habitat y est encore intact", a-t-il ajouté.

Des 634 espèces étudiées, 15% sont considérées comme "vulnérables", 22% "en danger" ou 11% "en danger critique d'extinction".

Les cinq pays avec la plus forte proportion d'espèces menacées d'extinction sont situés en Asie :

Cambodge (90%), Vietnam (86%), Indonésie (84%), Laos (83%) et Chine (79%).

Sur ce continent, les populations de gibbons, de semnopithèques, de langurs notamment ont baissé à cause de la chasse, destinée à répondre aux besoins d’alimentation mais aussi à la demande commerciale pour la médecine traditionnelle chinoise et les animaux de compagnie.

"Ce qui se passe en Asie du Sud-est est terrifiant",

a jugé Jean-Christophe Vié, directeur adjoint du programme sur les espèces de l’UICN.

"Une telle situation, où un groupe d’animaux soit aussi menacé, est inédite au sein d’autres groupes d’espèces."

En Afrique, 11 des 13 espèces de colobes bais connues sont considérées "en danger critique d’extinction" ou "en danger". Les primatologues craignent que deux espèces, le colobe bai de Bouvier et le colobe bai de Miss Waldron's Red Colobus, ne soient déjà éteintes.

Ils envisagent de faire passer le gorille de montagne de la catégorie "en danger critique d’extinction" à "en danger", au vu de l’augmentation de ses populations dans les montagnes protégées du Rwanda, de l’Ouganda et de la République démocratique du Congo (RDC).

Le massacre à l'été 2007 de gorilles de montagne dans le parc national des Virunga, dans l'est de la RDC, a cependant retardé cette reclassification.

Malgré ce sombre état des lieux, les responsables de la conservation se félicitent aussi de quelques succès. Au Brésil, le tamarin-lion noir et le tamarin-lion doré sont ainsi passés de la catégorie "en danger critique d’extinction" à "en danger" en 2003.

Les populations de ces deux espèces sont aujourd’hui bien protégées mais restent réduites. Un reboisement urgent est nécessaire pour les doter de l'habitat nécessaire à leur survie.

"Si vous avez des forêts, vous pouvez sauver les primates",

a constaté Anthony Rylands, vice-président du Groupe de spécialistes des primates de l’UICN.

lundi 4 août 2008

LA LEÇON DE PIANO. Un film qui ne date pas d'hier (sortie en salles en 1993), mais dont l'histoire est intemporelle.

yphot07.gif
affiche-2-poster.jpg


Synopsis,

récupéré sur le site web du magazine ''Première'' :
Nouvelle-Zélande, à la fin du XIXe siècle. Ada McGrath arrive avec sa fillette, ses malles et son piano pour rencontrer Alistair Stewart qu'elle a épousé par correspondance. Dans cette contrée hostile, le piano, son bien le plus précieux, puisqu'il lui permet de s'exprimer - elle est muette - échoue chez George Baines, un voisin illettré. Pour le récupérer, Ada accepte de donner des leçons de piano à Baines. Celui-ci lui propose de regagner l'instrument, touche par touche, en se soumettant à ses fantaisies...


Ce film - que je n'ai malheureusement pas vu sur grand écran, mais en DVD, il y a deux jours - est absolument magnifique. Un moment de pure poésie, enflammée par une passion qui n'ose au départ dire son nom, mais qui finit par déborder l'écran.


L'histoire

est sublime, sensuelle et originale.

La bande-son

(pour qui aime le piano ; forcément...!) est magistrale et

les acteurs...

Que dire ?... Oui, que dire du trio formé par Holly Hunter (Ada), Harvey Keitel (Baines) et Sam Neill (Alistair Stewart), si ce n'est qu'il est talentueux, juste et puissant ?! Mentionnons également la jeune actrice qui tient le rôle de la fille d'Ada, car elle est n'a rien à envier - si ce n'est bien sûr l'expérience affermie par des années de comédie - au brio de ses aînés.

Un film pour qui aime se laisser transporter ailleurs, dans le temps, l'espace et la densité des sentiments.

L'oeuvre de Jane Campion est, à mes yeux, un joyau de subtilité.

mercredi 30 juillet 2008

Bah non ! Ca va pas du tout ! . . . (bis)

bienvenue_5F01.gif
qj5r1lqa.gif

Au jour d'aujourd'hui, vous êtes

2243 internautes

à être passés par cette page depuis sa réouverture (3 mars dernier).
Combien de commentaires pour ce GRAND nombre de visiteurs ?! J'vous l'demande, hein !?

6 !!!

Si c'est pas un chiffre affligeant, ça !... Et encore, sur les 6, il y en a

5 qui sont... de MON fait !

Non mais, sérieusement,

pourquoi est-ce que vous ne me dites rien ?...


A la date du 20 juin (rubrique "Les Planches"), j'avais pourtant essayé de vous motiver en vous rassurant et en vous indiquant le mode d'emploi qui, il est exact, est un peu inhabituel ici, mais rien n'y fait...

Ma Porqué ?!!!!!!!


Ceci étant,
merci_001.gif


NÉANMOINS (!), à tous - bande de mutiques (...) - et chaleureusement encore, de vos visites.




N.B. : Heureusement que les compteurs existent, sinon, je serais vraiment en proie au doute le plus affreux quant au bien fondé de ma présence ici.

Voilà ! C'est tout !
Un "post" entier, juste pour une

lamentable lamentation, une chouineuse chouinerie,

c'est positivement déplorable !... mais qu'est-ce que ça fait du bien !

lundi 28 juillet 2008

Les liens relatifs à "XXI". Pour vous... y a plus qu'à cliquer !

gifs6.gif

D'abord, directement dans le vif du sujet -> le blog associé au journal :

http://www.leblogde21.com/

Ensuite, quelques opinions de ses confrères sur ce nouveau venu dans l'univers impitoyable de la presse française :

Ent'revues, le site des revues culturelles ->

http://www.entrevues.org/nouvelles_revues_detail.php?id=2606

Le site Paperblog ou « Comment trouver de bons articles sur les blogs ? » ->

http://www.paperblog.fr/400292/vingt-et-un/

La République des livres, le blog de Pierre Assouline ->

http://passouline.blog.lemonde.fr/2008/01/16/le-pari-de-xxi/

BibliObs.com, le site littéraire du NouvelObs.com ->

http://bibliobs.nouvelobs.com/2008/01/16/le-monde-passe-en-revue

Rue89.com, site d'information indépendant ->

http://www.rue89.com/2008/01/17/xxi-un-nouveau-trimestriel-qui-veut-redonner-le-gout-du-long


Si après ça vous entendez parler de XXI sans avoir aucune idée de ce dont il est question, alors là, vraiment (!), je pense que je jetterai l'éponge et fermerai ce blog.
A bon entendeur... dyn006_original_300_300_gif_2622397_7133dfee5cd65f1ac569b4186aeda6eb.gif

"XXI" : Journal trimestriel iconoclaste vendu... en LIBRAIRIES !

liv24.gif

1er numéro sorti en janvier dernier. Je ne me suis pour l'instant toujours pas procurée ledit journal mais, en ayant entendu parler à la radio, j'étais allée faire un tour sur le blog éponyme (http://www.leblogde21.com/) et le "projet" m'a paru intéressant :

(extrait du blog précité)

"Le projet XXI 100% d'inédit, 0% de publicité

L'INFORMATION GRAND FORMAT. Tous les trimestres, des talents vous entraînent à leurs côtés pour comprendre le monde d’aujourd’hui. Des semaines de travail sur le terrain… Une étonnante récolte d’images et de rencontres par des romanciers, des journalistes, des photoreporters, et des dessinateurs de BD.

UNE MAQUETTE QUI INVITE A LA LECTURE. La maquette associe des pages d’ouvertures spectaculaires et fortes, pour donner le ton, et des pages à lire, comme dans un livre. Elle est conçue par Quintin Leeds, directeur artistique du Monde, et Sara Deux.

A CHAQUE NUMÉRO, UN REPORTAGE DE BD. Pour la première fois, la BD est traitée comme un genre à part entière. De grandes signatures ont accepté de fournir 30 planches inédites de récit graphique, après être allées en reportage sur le terrain. Jean-Philippe Stassen, Jacques Ferrandez, Joe Sacco réalisent les premiers reportages de XXI.

UNE GALAXIE D'AUTEURS DE QUALITÉ. XXI rassemble tous les talents du reportage : des romanciers aguerris qui aiment raconter le réel, des journalistes de talent qui savent écrire 20 à 30 feuillets, des photoreporters de terrain, des auteurs majeurs de BD qui ont envie de se confronter au reportage."

Vous l'avez parcouru ?! Je suis preneuse de vos impressions.

vendredi 4 juillet 2008

Une performance d'actrice à couper le souffle. Un film magistral

yphot07.gif

vendredi 20 juin 2008

Recette n°4 de "culturetmoi"

sbienvenue.1074.gif
Dernière née dans le "RU-BRIC-A-BRAC" :

Les Planches,

illustrée avec le gif suivant - ainsi que vous aurez déjà pu vous en apercevoir ->
yspect03.gif

Enchantement. Le public ensorcelé.

yspect03.gif
23819.jpg
Il faut vraiment avoir assisté au spectacle Des Baladins du Miroir, qui donnent en ce moment une adaptation du roman du XIIème siècle Tristan et Yseut, due à Paul Edmond, pour croire qu'une telle féérie puisse encore nous émouvoir incroyablement en notre XXIème siècle de pragmatisme et de matérialisme.

Cette belle et tragique légende qui nous vient du Moyen Age, mise en scène par Nele Paxinou, devient tout à coup, sous le chapiteau ambulant où l'on s'installe sans manières - comme pour une soirée entre amis - une véritable fête pour les yeux, les oreilles et... le coeur.
On s'amuse, on rit, on est ému - véritablement ! - et enchanté.

La soirée toute entière est sous le signe d'une improbable magie qui nous transporte - enveloppés dans la chaleur humaine de cette troupe itinérante de comédiens tellement vivants - vers de lointaines contrées oubliées, dans une époque où le pouvoir, l'amour, le désir et les pouvoirs occultes avaient partie liée.

Les comédiens irradient un réel plaisir de jouer, ils s'amusent ; celle qui tient le rôle de la narratrice fait des pitreries, les musiciens (GÉNIAUX !) qui jouent debout en costume, presque au milieu des personnages, participent pleinement du pouvoir évocatoire puissant de toute la mise en scène. Sur chacune des quelques petites tables qui jouxtent les planches, où sont installés les spectateurs les plus proches, une bougie scintille et des verres de bière se vident ça et là. Car oui ! là on peut regarder le spectacle tout en descendant son godet.
Et puis ... Et puis pendant l'entracte, on sort du chapiteau principal qui fait office de théâtre pour se retrouver sous un autre, où sont disposées de longues tables dans un décor forain qui permet de conserver la distance que l'on a mis, en pénétrant dans l'univers des Baladins, entre soi et le monde réel. On s'attable donc et l'on peut là, au choix, boire encore un verre (le Coca ici n'existe pas ! et c'est tant mieux !), simplement discuter avec d'autres spectateurs enchantés, demeurer chacun dans sa bulle en savourant l'instant précieux, mais aussi déguster les plats 100% authentiques et bio concoctés par la troupe.

Un vrai bonheur !!!

En conclusion :

Il faut y courir si vous en avez l'occasion !


Présentation du spectacle, infos, critiques, etc. sur :

http://www.evene.fr/culture/agenda/tristan-et-yseut-23819.php

Plus d'infos sur la troupe :

http://www.evene.fr/theatre/actualite/baladins-du-miroir-cirque-nele-paxinou-1414.php?p=2

La légende, petit rappel :

http://yz2dkenn.club.fr/le_contenu_de_la_legende.htm

La critique Des Trois Coups ("... seul journal quotidien du spectacle vivant") :

http://lestroiscoups.over-blog.com/article-20028110.html


Ils sont à Paris jusqu'à dimanche. Ensuite... Ils reprennent la route. Quelques temps encore ils resteront en France, puis ils s'en retourneront dans leur plat pays.

1-23819-G20335.JPG

- Dates & lieux -


Du 4 Juillet 2008 au 21 Juillet 2008

Festival Villeneuve en scène
30400 Villeneuve-les-Avignon

Du 11 Août 2008 au 14 Août 2008

Festival de théâtre de Spa
4900 Belgique
De 19 à 24 euros
20h30

Du 18 Septembre 2008 au 21 Septembre 2008

Waterloo
1410 Belgique

Du 27 Septembre 2008 au 28 Septembre 2008

Anderlecht
1070 Belgique

Du 2 Octobre 2008 au 23 Octobre 2008

Louvain-la-Neuve
1348 Belgique

Du 12 Novembre 2008 au 15 Novembre 2008

Tournai
7500 Belgique

jeudi 19 juin 2008

Hourra ! pour la troupe Des Baladins du Miroir

23819.jpg yspect03.gifSpectacle vu hier soir.
C'était vraiment fé-é-rique !

Je vous en parle très bientôt.

- page 1 de 2